Vous êtes ici

[PAROLES DE GERME] LE MANAGEMENT ARTIFICIEL N’EST PAS POUR DEMAIN

Partager l'article : 
Paroles de Germe
Par L'équipe éditoriale

GERME œuvre pour un monde managérial plaçant l’humain au cœur de la transformation positive des entreprises. Placer l’humain au cœur, c’est faire le pari de l’intelligence humaine, de l’intelligence de chacune et de chacun pour féconder l’intelligence collective.

Y a-t-il une place pour de l’artificiel dans pareil projet, fût-ce l’intelligence artificielle (IA) ? Certainement pas, est-on d’emblée tenté de répondre. Mais, à bien y réfléchir, tout n’est-il pas très humain dans l’IA : la construction de l’algorithme, son intégration dans nos systèmes d’information et, ce faisant, dans notre quotidien ? Dans l’IA, au fond, c’est l’artifice qui est intelligent. Pas l’inverse.
Il en va de l’intelligence artificielle comme des fleurs artificielles : c’est souvent bluffant, mais il ne viendrait à l’idée d’aucun amoureux d’en offrir à sa belle comme gage de sa flamme ni à aucune abeille de venir y butiner.

Ne prenons donc pas pour de l’intelligence ce qui n’en est pas. En regard de la machine, le cerveau est certes une médiocre calculette. Alors, tant mieux si l’IA vient se combiner à toutes ses autres facultés pour en éclairer le jugement et les décisions. Mais ce qui rend pertinent un jugement et éclairée une décision, c’est la part laissée à la lenteur de la pensée, au doute, à l’enthousiasme de la réflexion et de l’échange aussi ; pas la part de certitude algorithmique.

De même en management. En 2016, Julia Rodovsky, analyste RH chez Google, temple de l’IA s’il en est, concluait ainsi quatre années d’étude sur le sujet “qu’est-ce qui rend une équipe de travail efficace ?” : l’efficacité d’une équipe ne doit rien au data mining ni à une combinaison optimale de caractéristiques mesurables des membres qui la composent : âge, sexe, diplôme, expériences, goûts... Non, ce qui rend une équipe efficace, c’est la gentillesse des gens entre eux.*

“La machine doit conduire l’homme à se spécialiser dans l’humain” disait Jean Fourastié.** C’est notre sujet de manager, c’est le projet de GERME.

 

*The Aristotle Project, Google, 2012-2016.
** Jean Fourastié, Le grand espoir du XXe siècle, 1949.

 

 

Qui me parle ?

Xavier RONOT est le nouveau président de GERME et également directeur général adjoint de 3E Concept.

 

A PROPOS DE GERME

 

Fédérant plus de 2 500 managers, 140 animateurs et 250 intervenants répartis en 150  groupes sur tout le territoire, GERME (Groupe d'Entraînement et de Réflexion au Management des Entreprises) est un organisme de (trans)formation positive des managers.

Futur adhérent, animateur ou intervenant, cliquez ici pour rejoindre le réseau. 

Pour suivre les actualités de GERME, rendez vous sur la rubrique « Nous suivre ! »